Betty, une végétarienne presque parfaite

Avec ses recettes, notre pimpante Betty prouve tous les jours – sur son blog – que la cuisine végétarienne est aussi joyeuse que savoureuse. Pleine d’idées, d’envies et de vie, Betty s’amuse autant à revisiter des classiques de la cuisine française, qu’à inventer des recettes colorées et gourmandes. Elle partage ses réussites et ses coups de coeur sur son blog tellement parfait, qu’il ferait saliver n’importe quel carnassier.
A bientôt 27 ans, cette poupée gourmande d’origine drômoise vit actuellement en Bourgogne avec son conjoint. Son rêve ? Qu’ils plaquent tout et ouvrent une maison d’hôte dans le sud, où elle cuisinerait et s’occuperait d’une petite ferme pédagogique. En attendant, elle est déjà bien occupée, entre son blog, les articles pour des magazines et les partenariats avec des marques… On nous dit même dans l’oreillette que Betty a en projet de sortir son livre de recette. On a hâte d’en savoir plus !


Découvrez d’autres délicieuses recettes végétariennes sur son compte Youmiam !

Pour mieux te connaître, dressons ton portrait “Food”. Si tu étais :
> un produit : L’aubergine, mon légume préféré !
> un repas : Un apéritif (je dois avouer que j’adore les cochonneries comme les chips, les noix de cajous ou les pistaches…)
> une épice : Du curcuma, ça met toujours de la couleur dans les plats, ça rajoute du pep’s et je raffole de la cuisine indienne où on en trouve beaucoup.
> une boisson : Un verre du Coteaux du Layon.
> un ustensile : Un économe, que je l’utilise pour tout éplucher !

Comment t’es venue l’envie de cuisiner ?
J’adore recevoir ! Étudiante, j’invitais souvent mes amis à passer la soirée chez moi. Et c’est assez naturellement que j’ai eu envie de leur préparer des plats sains, plutôt que d’ouvrir un paquet de chips ou faire chauffer une pizza surgelée. Leurs compliments m’ont fait plaisir et m’ont poussé à continuer !
Aujourd’hui, je cuisine tous les jours pour mon compagnon, et ma plus belle récompense c’est de savoir que je lui fais plaisir. Ce qui m’anime, c’est le partage avec les autres et le fait de leur faire plaisir.

Pourquoi l’envie de créer un blog ?
A la base, j’ai créé mon blog à la demande de mes amis, pour partager mes recettes. Il n’était vraiment pas beau, les photos étaient vilaines. Par la suite, j’ai pris le temps de l’améliorer, avec l’aide d’un ami webmaster, pour qu’il devienne agréable à consulter. Aujourd’hui, je me consacre entièrement à ce blog. Poussée par mon compagnon, j’ai quitté mon emploi pour me consacrer à mes passions : cuisiner et écrire. Je publie chaque jour une nouvelle recette, et à côté, j’écris pour des magazines et collabore avec des marques. C’est un travail à temps plein : créer des recettes, les cuisiner, photographier les plats après les avoir mis en scène avec soin, puis les publier sur le blog. En général, je passe la matinée en cuisine à préparer différentes recettes et l’après-midi sur l’ordinateur. Autant vous dire que mon chéri a pris du poids depuis qu’on est ensemble !

Où trouves-tu ton inspiration ?
Lorsque je fais les courses, j’achète en fonction des promotions et de la saison. Puis de retour chez moi, l’inspiration vient toute seule, en regardant mes produits. Je regarde aussi des émissions à la télé, je consulte des blogs de cuisine, j’ouvre les yeux, je vais au restaurant… Je suis attentive à tout ce que je goûte, aux associations que je découvre.
Je pense aussi que le fait de cuisiner végétarien me pousse à être créative, j’aime bien revisiter les recettes traditionnelles françaises. Généralement, ce qui fait l’intérêt de ces plats, c’est la sauce, moi je remplace la viande par du tofu par exemple…

Depuis quand es-tu végétarienne ? Pourquoi ce choix ?
Il y a 5 ans, j’ai adhéré à une association de protection animale, et je me suis rendue compte de l’absurdité de tuer les animaux pour les manger. Cela a été une prise de conscience sur laquelle je n’ai pas pu fermer les yeux. Par chance, j’ai toujours préféré les légumes à la viande, donc ça ne me manque pas au quotidien. Peut être un peu, parfois, quand je sens l’odeur du poulet rôti au marché… (rires) Et le goût des abats, que j’adorais, et qui n’a pas d’équivalent dans l’alimentation végétarienne.

Quelle est la recette dont tu nous parles aujourd’hui ?
La tarte à la ratatouille.

Pourquoi as-tu choisi cette recette ?
Je suis originaire de Montélimar dans la Drôme (les portes de la Provence), et chez moi la ratatouille, c’est un grand classique ! On la consomme chaude ou froide, en salade. J’adore ce plat qui me transporte chez mes parents. Et puis en tarte, c’est original, ça fait un plat complet ! Petite, je regardais souvent ma mère la préparer, j’en raffolais ! J’ai eu envie de la reproduire, avec ma touche perso : la noix !

Est-ce que tu as des astuces pour réussir cette recette à tous les coups ?
Déjà, il faut faire la pâte soi-même. Personnellement, j’utilise de la farine de noix (de la poudre de noix, plus exactement, que je trouve facilement dans ma région) et je remplace le beurre par de l’huile d’olive. Ma touche secrète : j’ajoute des herbes de Provence dans la pâte !
Pour la ratatouille, je coupe tous les légumes de la même taille pour qu’ils cuisent de façon uniforme et que ce soit joli visuellement. Je ne les épluche surtout pas, car leur peau donne des couleurs à la tarte. J’utilise des poivrons rouges, verts et jaunes pour qu’il y ait des couleurs variées avec les aubergines et les courgettes. Je les mets à cuire tous ensemble, en faisant attention à respecter le temps de cuisson de chacun. Je mets également du laurier et du thym, en branches entières, puis les retire avant de verser la ratatouille sur la pâte.
En variante : j’aime bien ajouter des olives noires dessus, et ma maman met des filets d’anchois, un peu dans l’esprit d’une pissaladière.

Pour qui préfères-tu la cuisiner ?
Pour épater ma maman ! (rires) Lui montrer que j’arrive à reproduire ses recettes, à ma façon. Sinon avec des amis, l’été, lorsqu’on pique-nique dans le jardin. En général, ça régale tout le monde ! Quand on croque dedans, on entends le bruit des cigales. Et puisqu’il n’y en a pas en Bourgogne, je me console avec cette tarte !

Article précédent Article suivant