Jocelyne, super mamie foodie.

mamie-foodie_logo-texte orange

Avouons-le, si on se motive à sortir du lit le dimanche matin pour aller rendre visite à mémé, c’est surtout parce qu’on sait que le déjeuner va envoyer du pâté. Pour tous ceux qui n’ont pas la chance d’avoir une mamie cuistot à proximité, nous sommes ravis de vous présenter Jocelyne, la mamie rêvée. Ouverte d’esprit, rigolote, généreuse et surtout… cuisinière hors pair !

La bonne nouvelle, c’est que Jocelyne ne régale pas seulement sa famille, elle propose ses bons petits plats martiniquais à tous les curieux qui souhaitent les goûter. On vous le dit, Jocelyne est encore mieux qu’une mamie, c’est une mamie foodie !

Née à la Martinique, où elle a vécu jusqu’à ses 15 ans, elle garde un souvenir impérissable de la “cuisine du pays”. Petite, elle adorait observer ses tantes et sa mère préparer de délicieux poissons grillés. Elle s’est mise à cuisiner plus tard, lorsqu’elle a commencé à vivre seule. Il a fallu de nombreux essais pour qu’elle réussisse à retrouver les parfums des plats de son enfance. Ses efforts ont largement payé : le colombo de poulet, le pain doux et les boudins n’ont plus aucun secret pour elle !

Puisque pour Jocelyne, la cuisine est avant tout synonyme de partage, elle est immédiatement séduite par le concept de Mamie Foodie, dont elle est la première grand-mère à rejoindre l’aventure. Depuis, elle enfile son tablier pour préparer des déjeuners d’entreprise ou pour des évènements professionnels, et donne des cours de cuisine à domicile pour les particuliers. Une collaboration vraiment réussie, qui permet de valoriser et transmettre son savoir-faire, tout en créant du lien social intergénérationnel ! Et une chose est sûre, avec Jocelyne, vous allez autant vous régaler que rigoler !

Aujourd’hui, on déguste l’une de ses spécialités, les accras au thon. Un pur délice.


Retrouvez toutes les recettes de Jocelyne, et celles des autres MamieFoodie sur Youmiam !

Pour mieux vous connaître, dressons votre portrait “food”. Si vous étiez :
un produit : le sel, on peut le mettre à toute les sauces !
un repas : un déjeuner, c’est plus consistant !
une épice : le piment jamaïcain qui parfume la viande
une boisson : un rhum blanc martiniquais

Racontez nous l’histoire de cette recette…
La première fois que j’ai goûté des accras, j’étais toute petite. A l’époque, ma mère ne me laissait pas entrer dans la cuisine, donc j’en avais seulement un souvenir gustatif. Ce souvenir est resté gravé dans ma mémoire, et ce n’est que bien plus tard que j’ai tenté de reproduire la recette. Je n’avais connu que les accras de morue, mais une amie m’a dit qu’on pouvait également faire des accras avec du thon, du homard, des coquilles saint jacques, des oignons, des pommes de terre, ou même des légumes… J’ai beaucoup aimé l’idée de pouvoir décliner la recette que je connaissais.

Quelles sont vos astuces pour ne jamais la rater ?
Pour bien doser les épices, je goûte toujours les premiers accras pour rectifier l’assaisonnement de la pâte si besoin. Je ne cuisine jamais en mesurant les proportions, je connais les doses approximatives, puis j’ajuste après avoir goûté.
Attention, il faut mettre très peu de sel au départ, quitte à en ajouter si besoin, car le poisson sale déjà beaucoup !

C’est également très important de bien laisser reposer la pâte. Il faut attendre qu’elle ait gonflé, c’est à dire au moins 3h.
Ensuite, il faut que l’huile soit bien chaude pour faire cuire les accras.
Il faut les surveiller attentivement, ne pas les laisser brûler. Dès qu’ils commencent à dorer, il faut les retourner avec l’écumoire pour qu’ils cuisent des deux côtés.
Une fois cuits, je les pose dans du sopalin pour absorber l’huile avant des les servir.

S’il y a des restes, on peut les conserver quelques jours au frais. Puis les manger froids au petit déjeuner, à l’apéritif ou au goûter, ou bien les réchauffer quelques secondes au micro-ondes. Il n’y a pas d’heure pour les accras ! (rires)

Pour qui préférez vous la cuisiner ?
Pour mes amis ou ma famille. C’est une recette de fête, que l’on fait pour les anniversaires, les baptêmes ou les mariages ! Chez nous, chacun amène un plat à partager, ça revient moins cher aux mariés.

Article précédent Article suivant